C’est reparti comme en 40

Dans quelques décennies peut-être, lorsqu’on évoquera les années 2010 en cours d’Histoire, les morts en Méditerranée ou dans le froid, ceux qui à l’époque n’en avaient rien à faire se feront passer pour des résistants parce qu’ils se souviendront qu’un jour ils ont donné une pièce à un type dans la rue. D’autres vous diront que « c’était une époque différente » et que les générations qui leur succèdent ne peuvent pas comprendre pourquoi laisser quelqu’un mourir dans la rue ou dans la mer était quelque chose de justifiable en 2017. D’autres enfin, peut-être la majorité, prétendront avec aplomb qu’ils n’étaient au courant de rien. Ils accuseront les médias ou qui que ce soit de plus responsables à leurs yeux de ne rien leur avoir dit. En fait on verra les années 2010 comme on voit maintenant les années 40. Personne n’était responsable, personne n’était au courant, et tout le monde était résistant. Pourtant ça a dû foirer quelque part.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s